La France au Rwanda

Un éditorial très stratégique du journal Le Monde

Par Emmanuel Cattier
source : Survie67

A ccusé de génocide au Zaïre par un pré-rapport de l’ONU poussé sur la scène médiatique par le journal français Le Monde, le gouvernement rwandais envisage de retirer tous ses soldats servant au sein de la mission de paix ONU/Union africaine (Minuad) au Darfour, et de la Mission des Nations Unies au Soudan (Unmis), si ce rapport est publié en l’état. Le Monde, présente ainsi l’attitude du Rwanda dans son éditorial du 9 septembre 2010 : "Quand le Rwanda soumet l’ONU au chantage".

Le Monde rappelle le génocide des Tutsi et souligne avec une certaine insistance sa dimension exceptionnelle, puis reconnait que les génocidaires se sont enfuis avec leur famille au Zaïre. Il ne rappelle pas que ces génocidaires en fuite, qui avaient emporté tous les attributs de l’État Rwandais avec l’aide française de l’opération militaire Turquoise, avaient reconstitué un État génocidaire dans les camps, à tel point que des ONG comme Médecins sans frontière, scandalisés et désarmés, avaient décidé de quitter les camps du Zaïre à l’automne 1994. Le Monde ne rappelle pas non plus qu’à partir des camps, qui contre toute légalité internationale furent installés à moins de cinquante kilomètres des frontières du Rwanda, les génocidaires ont attaqué sans relâche les villages rwandais frontaliers de 1995 à 1997, y commettant de fréquents et nombreux "petits" massacres et créant en plus un climat d’insécurité. Le Monde ne rappelle pas non plus que le gouvernement rwandais a demandé à la communauté internationale qu’elle intervienne pour faire cesser ces incursions. Le Monde ne rappelle pas encore que la France au lieu d’intervenir, a continué de former militairement certains de ces génocidaires. Le Monde rappelle par contre que l’armée rwandaise a fini par intervenir, mais, je le souligne, dans un pays 90 fois plus vaste et 7 fois plus peuplé que le sien - apparemment un défi au bon sens. Ces poursuites, de deux cent mille (1/5) des réfugiés Hutu et de leurs familles, le noyau dur des génocidaires, se sont soldées par des massacres et des vies perdues à jamais en fuite dans les forêts inhospitalières, des crimes certes qui vont bien au delà de l’objectif militaire. Il faut faire la lumière dessus.

Mais fort de ses oublis partiaux, Le Monde affirme, on entend à nouveau les bruits de bottes de l’État-major français derrière les mots, que l’armée rwandaise a poursuivi des Hutu et donc qu’elle a voulu exterminer les Hutu et donc aurait commis un génocide. Pourtant au même moment, démantelant les camps au Zaïre, l’armée rwandaise a fait rentrer au Rwanda 600 à 800 000 de ces Hutu, on se souvient des images de ce retour massif à la télévision. Ce n’était donc vraiment pas la manifestation d’une stratégie génocidaire. C’est bien en tant que génocidaires qu’ils ont été tués et non en tant que Hutu, même s’ils l’étaient aussi par la conséquence même de leur extermination des Tutsi et de leurs revendications identitaires.

Que le quotidien Le Monde veuille faire envisager qu’il y a eu des actes de génocide, c’est une hypothèse qu’il a le droit de poursuivre sur le fond. Mais qu’il le fasse en renversant les choses, en dépeignant un tableau aussi oublieux et partial montre à l’évidence qu’il mène une campagne, probablement pour mettre le Rwanda au pas des généraux français. Le Monde mène une guerre de communication contre le Rwanda prenant ses lecteurs en otage, dans les mailles d’un discours qui ne respecte pas l’histoire, un discours insolent et péremptoire à l’égard d’un pays "faible". Pour quelles raisons me direz-vous ? Parce que les crimes de complicité de génocide, commis par les autorités françaises au Rwanda, sont imprescriptibles et donc mettre le FPR dans la catégorie des génocidaires est perçu comme facilitant la position française devant les tribunaux. C’est en cela que cet éditorial est très stratégique. Jean-Paul Gouteux avait souligné et mis en évidence les implications du journal Le Monde dans la guerre médiatique française contre le FPR avant et pendant le génocide des Tutsi. Le Monde continue clairement aujourd’hui, après avoir été obligé d’admettre, très tardivement, les évidences que nous avions mises en exergue depuis 1993 sur l’implication de la France.

Alors il reste le "chantage du Rwanda". Mais enfin quoi de plus logique pour un pays accusé ainsi de génocide dans un pré-rapport, utilisé dans une campagne internationale menée à travers le journal Le Monde, de considérer, si on publie ce rapport en l’état, qu’il n’est plus crédible pour assurer son rôle dans la conduite de la paix au Darfour ? On aimerait bien que l’État français et son armée, qui ont commis tant de crimes de même nature en Afrique que ceux dont ils chargent le Rwanda, en tirent les conséquences avec la même cohérence et fasse évacuer ses militaires d’Afrique. On y gagnerait en esprit de responsabilité.

Je l’insère le 10 septembre, Jacques Morel (1) me fait remarquer en ce qui concerne la "crédibilité de l’ONU" invoquée en introduction dans l’éditorial du Monde, que la France a violé l’article 6 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, adoptée à Paris en 1948, en n’arrêtant pas les auteurs du génocide alors que celui-ci avait été reconnu par la Commission des Droits de l’homme de l’ONU le 28 juin 1994 et que, pour l’opération Turquoise, la France disposait d’un mandat de l’ONU sous chapitre 7 pour y mettre fin. Cette crédibilité a volé en éclat avec le retrait-réduction de la Minuar en avril 1994, voté aussi par la France, et j’ajoute que la « crédibilité de l’ONU » était déjà morte avec l’opération Amaryllis, initiée par un membre permanent de son Conseil de sécurité, selon le rapport de son commandant (2). Ici, Le Monde défend une crédibilité à sens unique de l’ONU, en fidèle porte-parole de la domination occidentale.

Dans cette affaire le journal Le Monde n’est ni honnête, ni indépendant.

Emmanuel Cattier

Cf notre précédent édito ci-dessous 1 Auteur de La France au coeur du génocide des Tutsi 2 Communiqué de la CEC : l’Etat dissimule des preuves de complicités dans le génocide des Tutsi 4 février 2009

Commentaires