Les enjeux de l’information

Quand les NMPP (distribution de journaux) flinguait l’hebdo indépendant "Etat d’urgence"

Extraits du communiqué de presse "Etat d’Urgence" 22 mai 2006

Problèmes rencontrés dans la distribution du nouveau journal Etat d’Urgence

Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP)

En protestation contre les problèmes rencontrés dans la distribution du nouveau journal du dimanche, État d’urgence, nous renonçons à remettre son numéro 4 au NMPP (Nouvelles messageries de la presse parisienne), distributeur monopolistique de la presse quotidienne de manière générale et de la presse du dimanche en particulier.

Nous dénonçons les faits suivants :

- notre journal était introuvable chez nombre de marchands de journaux, ainsi que nous avons pu le constater à grande échelle aussitôt que nous avons opéré des contrôles (dès le numéro 2, et pour le numéro 3) ;
- certains points de vente inspectés la semaine dernière disent avoir reçu notre " quotidien du dimanche " le lundi ;
- alors que nous réclamons la liste complète des marchands de journaux ouverts le dimanche, les NMPP ont refusé de nous en fournir un état complet ;
- le listing des points de vente qui nous a été proposé comporterait des points inexistants (ainsi que nous avons pu le constater, avec le cas d’un marchand, rue Saint-Blaise, fermé depuis plus d’une année, parti à la retraite) ;
- nombre de marchands contrôlés ont reçu notre journal non seulement le lundi, mais dans des quantités sans rapport avec celles demandées.

D’une manière générale, nous protestons contre la manifeste hostilité de notre distributeur, persistante en dépit de nos demandes répétées de voir ces relations se normaliser.

Nous demandons que notre journal État d’urgence soit effectivement distribué et mis en place dans les points de ventes de presse ouverts le dimanche.

À cette fin, nous demandons toujours la liste complète de ces marchands ouverts le dimanche.

Nous faisons de plus l’observation suivante : L’unique autre quotidien spécifique du dimanche est une publication des éditions Hachette qui sont par ailleurs " opérateur " des NMPP. Le soupçon que celles-ci puissent confondre leurs intérêts d’éditeur avec leurs responsabilités de distributeur nous semble impossible à écarter. Il faudrait peut-être s’interroger sur l’inexistence d’une véritable presse du dimanche en France, au contraire de ce qu’on constate dans la plupart des pays du monde, où le dimanche est un jour de vente privilégié, où les lecteurs sont plus nombreux et où les journaux multiplient même leurs suppléments, profitant du temps de lecture offert par le repos dominical. Il est à craindre que le fait d’avoir confié un outil monopolistique de distribution au principal éditeur du pays ne soit pas à l’avantage ni de la prospérité de la presse, ni de la liberté d’expression.

Le problème de distribution du journal Etat d’Urgence avait déjà fait l’objet d’un signalement les semaines précédentes (voir : Bellaciao)

Vous êtes vous déjà posé la question de savoir pourquoi il n’y a pas en France plus de journaux le dimanche ?

La réponse est simple les journaux du dimanche sont un monopole !

La meilleure preuve est que Michel Sitbon qui publie un journal du dimanche "ETAT D’URGENCE" constate que son journal n’est pas mis en vente dans les points de vente dont la liste se trouve ci-jointe.

Pourtant cette distribution factice lui est facturée par les NMPP.

Évidemment en ne distribuant pas un journal et en facturant les frais sur invendu (90% d’invendus !) de cette distribution fictive les NMPP mènent le journal à la faillite et suppriment ainsi toute concurrence !

(...)

Commentaires