Négrologie - Les critiques

Négrologie , livre « racialiste »

« Les recherches portant sur les groupes inégalitaires montrent comment les sujets provenant des groupes dominants sont portés à imputer la responsabilité de l’inégalité aux individus provenant des groupes dominés, arguant de lacunes et défauts attachés à leurs personnes, plutôt qu’en incriminant le système social [et historique] porteur de ces inégalités. Une stratégie de naturalisation permet de déculpabiliser le dominant, tout en assurant la pérennité de son statut privilégié. » Geneviève Vinsonneau, Inégalités sociales et procédés identitaires , A. Colin, 1999.

Négrologues

Négrologie , livre « racialiste ». Explications : Alors que le raciste prétend que les différences observables entre groupes humains sont le fait de leurs races (ce qui a été largement infirmé par la biologie), le racialiste pense que " c’est notre culture ou notre civilisation qui s’est affirmée comme supérieure, et non plus « la race ». Mais en profondeur, la conviction reste intacte que, pour avoir façonné cette culture jugée supérieure, il fallait que Nous soyons une race supérieure, une sorte d’humains plus doués pour la rationalité, la science, la connaissance, la création." (D. Blondin) Racistes et racialistes n’essaieront pas de s’interroger sur les causes de l’inégalité aujourd’hui flagrante entre les pays occidentaux et les pays africains, chacun se contentant d’en attribuer la responsabilité à la « nature » des africains (naturalisation du social).

Le livre de Stephen Smith nous montre, encore une fois, que seul le vocabulaire pour exprimer cette prétendue infériorité naturelle de « l’Autre », du « nègre » a changé.

Dire des Africains que leur flegme atavique et leur culture les prédisposent à la pauvreté et à la dictature, c’est nier les luttes et les combats d’hier et d’aujourd’hui entrepris par la plupart d’entre eux pour conjurer l’Histoire (esclavagisme, colonialisme) et combattre les régimes tyranniques que nous soutenons militairement (Accords de "coopération militaire" notamment). C’est un révisionnisme que semble valider certaines lectures orientées de l’Histoire…

Certains hommes politiques français, journalistes ou « intellectuels » besogneux osent encore dire que " les droits de l’homme ne sont pas applicables en Afrique ", que " l’Afrique n’est pas prête pour la démocratie ". Ces derniers accueillent cependant à bras ouverts ces dictateurs qui enferment et torturent... Faut-il rappeler qu’aucun dictateur n’est fréquentable, qu’aucun d’entre eux ne devrait se prévaloir du titre " d’ami de la France ".

Dire des Africains qu’ils ne sont pas prêts pour la démocratie, c’est tuer une seconde fois tous ceux qui sont morts pour elle, c’est désavouer le combat de tous les journalistes et opposants enfermés, en exil, torturés, mais c’est aussi exprimer clairement et définitivement son mépris pour les Africains. Ce que fait brillamment Stephen Smith…

B.G

source : http://inter.culturel.free.fr/textes/negrologues.htm

Commentaires