Négrologie - Les critiques

Billets d’Afrique n°125, mai 2004

« Si six millions d’Israéliens pouvaient, par un échange standard démographique, prendre la place des Tchadiens à peine plus nombreux, le Tibesti fleurirait et une Mésopotamie africaine naîtrait sur les terres fertiles entre le Logone et le Chari. Qu’est-ce à dire ? Que « les » Africains sont des incapables pauvres d’esprit, des êtres inférieurs ? Sûrement pas. Seulement, leur civilisation matérielle, leur organisation sociale et leur culture politique constituent des freins au développement […] » (Stephen SMITH dans Négrologie)

C’est une des perles trouvées dans un ouvrage qui vient de recevoir le « Prix de l’essai » de France-Télévision. Il faut quand même être bigrement tordu pour imaginer un échange standard démographique. Voilà une idée qui ne vient pas à n’importe qui. Le raisonnement par hypothèse devient facilement le plus inepte des raisonnements : avec des « si » on mettrait Paris en bouteille, dit le bon sens populaire. Par exemple « si ma tante avait des roues, ce serait un autobus ». Admirez également la thèse raciste et sa courageuse dénégation immédiate. « Moi raciste ? Vous rêvez ? » dirait Le Pen. C’est leur culture qui est inférieure. Ah bon ! Ça, c’est la thèse coloniale. Elle fait toujours aussi mal. Prenons le risque de poursuivre l’hypothèse tordue du négrologue. Des colons israéliens au Tchad, ça ferait peut-être fleurir le désert. Mais peut-être aussi que leurs stratèges concluraient à la nécessité de construire un mur pour séparer le Sahara, de détruire les cases et d’arracher les palmiers des Africains rétifs à cette nécessité stratégique supérieure, jusqu’à les voir devenir fous, leurs enfants lançant des pierres et tombant sous les balles, leurs jeunes gens transformés en bombes. Le paradis quoi ! Après l’impasse de la raciologie, les tenants de l’inégalité des cultures (négrologues, islamophobes et autres “civilisateurs”) seront inévitablement amenés à revoir leurs présupposés. – Odile Tobner

Commentaires