Négrologie - Les critiques

Afrique. Le continent est-il responsable de son propre malheur ?

Afrique. Le continent est-il responsable de son propre malheur ? Extraits Telerama (24-01-2004)

« D’où vient alors le malaise ressenti à la lecture de Négrologie ? (…) la plume pamphlétaire de Smith dérape. (…) Il ne retient que ce qui sert sa thèse, au prix de détournements… et d’analyses tronquées. (…) La responsabilité des occidentaux vis-à-vis de l’Afrique, et celle de la France au premier chef, est aussi étonnamment balayée. »

Peut-il passer aussi rapidement sur les racines historiques, économiques et politiques du sous-développement ? Prendre les « obstacles socio-culturels » comme cause principale du naufrage africain, c’est admettre que, presque par atavisme, l’Afrique « refuse la modernité ». Est-ce qu’on dit d’un pauvre qu’il refuse la richesse ?

« Stephen Smith met tout sur le compte de la culture. Pourquoi cette haine alors qu’il connaît très bien l’Afrique ?, s’interroge Marcel Kabanda. L’Afrique a toujours été une terre à fantasmes pour les occidentaux. Longtemps ils s’y sont promenés, fascinés par la nature. Chez Smith, cela relève visiblement d’une fascination morbide. Ce qu’il nous propose n’est rien d’autre qu’un voyage dans le monde de l’horreur. » « L’Afrique risque de devenir un tombeau », conclut l’auteur de Négrologie. Peut-être. Mais n’y a-t-il rien d’autre à faire que de cracher sur la tombe ?

Thierry Leclère

Commentaires