// Mots-clés

Stephen Smith

22 billets

Articles

Stephen Smith, journaliste « négrophobe »

Afrique XX1, N°6, hiver 2006 La sortie de "Négrophobie", ouvrage collectif de Boubacar Boris Diop, Odile Tobner et François Xavier Verschave, est une réponse cinglante à une injustice restée impunie : la sortie en 2004 de "Négrologie", un ouvrage raciste, salué pourtant unanimement par les médias et couronné du prix France télévision. Quoi qu’on puisse en dire, (...)

A propos du droit de réponse de Stephen Smith à Colette Braeckman

Publié complaisament dans le Monde diplomatique, le droit de réponse de Stephen Smith à l’article de Colette Braeckman donne l’occasion, de revenir, 13 ans après, sur le virage à 180° du journaliste de Libération, considéré par certains comme un professionnel consciencieux pendant la période 1989-1994 [1]. Fin novembre 2006, le (...)

Billets d’Afrique n°125, mai 2004

« Si six millions d’Israéliens pouvaient, par un échange standard démographique, prendre la place des Tchadiens à peine plus nombreux, le Tibesti fleurirait et une Mésopotamie africaine naîtrait sur les terres fertiles entre le Logone et le Chari. Qu’est-ce à dire ? Que « les » Africains sont des incapables pauvres d’esprit, des êtres inférieurs ? Sûrement pas. (...)

Vincent Cespedes : la mésinformation (extraits)

Extraits de "L’ère de la mésinformation" article de Vincent Cespédès Racisme, intolérance, imposture font bon ménage, car la loi du plus fort reste la loi de l’homme blanc. L’Afrique subsaharienne, saignée aux quatre veines par la Françafrique des Jacques Foccart et consorts, est un continent de non-droit ravagé par les impostures de toutes sortes : racistes, (...)

Entretien avec Jean-Pierre Chrétien par Mehdi Ba

Les situations rwandaise et burundaise exigeraient « une grande rigueur dans l’information et l’identification précise des faits et des acteurs, sans tomber dans les clichés ethniques qui ont été les vecteurs du génocide », affirme Jean-Pierre Chrétien, collaborateur éminent du Centre de recherches africaines, mais aussi fidèle auditeur de Radio France (...)

"J’étais avec Smith au Rwanda..."

Extrait de l’interview de Laurent Bijard par Hugo Thérond : « J’étais avec Smith au Rwanda, nous avions les mêmes opinions, et il ne se gênait pas pour les exprimer. Aujourd’hui il a complètement changé de discours, je ne me l’explique toujours pas... » Laurent Bijard était l’envoyé spécial du Nouvel Observateur au Rwanda en 1994. Il revient sur son parcours, sur (...)

CQFD - Rubrique Faux-Amis

Publié dans CQFD n°12, mai 2004. Rubrique Faux-Amis : Le dernier livre de Stephen Smith aurait dû s’intituler Les aventures de Banania et Bamboula . Cependant, comme l’auteur n’est pas Tintin au Congo mais journaliste au Monde , il a préféré choisir un titre plus conceptuel. Paru en décembre chez Calmann-Lévy, Négrologie (sous-titré : pourquoi l’Afrique meurt ) (...)

Quand le gotha médiatique encense ou tolère la "Négrologie"

« Stephen Smith aime trop l’Afrique pour souffrir ses mensonges. Elle se meurt, dans la plus sanglante et douloureuse des agonies. Mais la faute n’en est pas d’abord à la colonisation ou à la mondialisation. […] Il faut lire Négrologie pour mieux aimer les Africains. » Francis Brochet, Le Progrès, 2 novembre 2003. « En tout cas, le constat, il y a trois points (...)

« Négrologie » : chère Afrique cauchemar

MANIERE DE VOIR N°79 Dans son livre Négrologie, Stephen Smith rend l’identité africaine responsable des maux du continent. Il écarte toute critique des rapports mondiaux et les apports de la sociologie. Une vision trop simple pour être juste PAR FRED EBOKO, Socio-politologue, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement, Bondy, France. LE TON DU (...)

Les attaques contre Jean Carbonare (partie 1)

« Monsieur Smith, vous n’êtes pas un journaliste honnête » Jean Carbonare, 1er mars 1996. Extrait du « chat » de Stephen Smith sur le site du Monde, le 06-04-2004 : « C’est un fait qu’il n’y a pas eu beaucoup de journalistes pour couvrir l’actualité rwandaise avant le génocide. Mais il faut aussi dire que tout le monde pouvait prévoir une crise ou des massacres, (...)

0 | 10 | 20